Accompagnement multiculturel et identitaire pour jeunes femmes oeuvrant à l'international

Vers une ÉMERGENCE DES JEUNES FEMMES MANAGERS EXPOSÉES AUX CULTURES ÉTRANGÈRES DANS LE CADRE D'UNE MISSION PROFESSIONNELLE À L'INTERNATIONAL.

De plus en plus de jeunes femmes sont envoyées à l'international pour un stage, un projet, la mise en place d'une filiale récemment acquise ou une autre mission professionnelle dont le résultat impactera grandement la suite de leur carrière et orientera probablement leur chemin de vie.  

 

Parfois loin du cadre connu et rassurant de leur pays natal, ces femmes en début de carrière ne sont pas toujours bien préparées à intégrer une équipe multiculturelle, à optimaliser leurs ressources au profit d’un projet, à négocier ou à s’exprimer en public dans un contexte étranger souvent perçu comme instable ou hostile.

Quels besoins pour quels processus et modes d'accompagnement

L'accompagnement de ces jeunes femmes prend tout son sens dans le soutien à la création d'un lien de confiance avec le nouvel entourage, avec le responsable et/ou l'équipe, avec les partenaires étrangers.

Pourtant, la demande initiale de ces jeunes femmes ne se situe pas nécessairement sur le plan de la création de confiance. 

 

Un sentiment de doute par rapport à elles-mêmes amplifié par les craintes de ne pas pouvoir atteindre leurs objectifs déclenche chez ces jeunes femmes (ou auprès de leur hiérarchie) une prise de conscience, un besoin d’accompagnement et de clarification, avec un/une coach.

 

La méconnaissance de la nouvelle culture doublée d’une inexactitude de perception du rôle de la femme dans le pays d’accueil perturbent souvent leurs schémas mentaux établis, ce qui peut ainsi devenir une source d’inquiétude, de désarroi, de peur. 

 

Le/la coach est amené/e à clarifier les règles d’éthique et le code déontologique du coaching, concepts qui ne sont pas perçus de manière identique dans toutes les cultures. Il en va de même pour l’explication nuancée des modes d’accompagnement qui peuvent être utilisés dans ce type de situation et la pose de balises claires. 

Certaines séances peuvent inclure d'autres modes d'accompagnement axés sur

  • La transmission d’informations, équivalente à un mode formation (explications sur la culture locale par exemple), 
  • Le conseil équivalent à un mode consultance (l’analyse du contexte managérial de la personne, la part d’explication d’un bilan comportemental ou des préférences culturelles d’une personne, par exemple), 
  • Un mode exclusivement coaching susceptible d’offrir à la femme coachée un espace de réflexion et d’élargissement de son champ de conscience en lien avec sa problématique de départ liée à son adaptation culturelle.  

Fixer l'objectif et le cadre

Lorsque l'objectif global de l'accompagnement est défini avec des micro-objectifs par type d’accompagnement, le contrat peut alors être conclu entre le/a coach et la femme coachée directement mais le plus souvent en tripartite avec l’entreprise qui emploie la femme coachée.

 

La langue choisie constitue un véhicule important de la création du lien avec la femme coachée. Le/a coach, si il/elle adopte la langue de la femme coachée doit être capable de percevoir les nuances du langage verbal et non verbal émis par la femme coachée qui souvent relèvent d’un caractère culturel au-delà du linguistique. 

Il arrive aussi fréquemment que l’accompagnement ne puisse pas se dérouler dans la langue de la femme coachée, mais se déroule en anglais par exemple, langue véhiculaire de l’entreprise ou langue commune entre le/la coach et la femme coachée.

Mise en place d'une Relation de confiance et intimité

La mise en place de l'intimité de la relation coaching nécessite une réelle perception et une empathie du/de la coach pour la situation de sa coachée. Il/elle rentre dans les valeurs de sa cliente. Comprendre par son propre vécu ce que la femme coachée traverse, en termes, par exemple de sentiment d’isolement, constitue souvent un puissant vecteur de mise en confiance pour la femme coachée.

Cependant, le/la coach doit éviter le contre-transfert, un partage d’expérience peut toutefois apporter un éclairage rassurant à la femme coachée si ce partage est proposé à un moment opportun.  

 

Les jeunes femmes exposées professionnellement dans un contexte étranger difficile peuvent être déstabilisées et se sentir vulnérables face à une remise en question des valeurs transmises dans leur environnement initial. 

 

Sur leur lieu de travail ou lors de négociations, le personnel local ne les perçoit pas ou affiche plus ou moins ouvertement des attentes différentes de celles qu’elles imaginaient.  Ces attentes peuvent se manifester sous forme de résultats à atteindre, d’un rôle à tenir, d’un comportement à adopter en tant que femme dans l’équipe, vis-à-vis de son responsable hiérarchique.

 

Si la société qui les envoie ne leur permet pas de profiter d’un tissu social favorisant les échanges entre expatriés, elles se trouvent alors démunies pour approcher les communautés locales aux codes d’accès plus ou moins étanches.

 

Coacher une femme dans ce contexte demande une grande disponibilité d’écoute et une ouverture à des réactions émotionnelles et culturelles qui peuvent aller dans toutes les directions… et nous surprendre aussi! 

 

Au-delà des différences culturelles, ces femmes coachées peuvent pourtant parvenir à découvrir une universalité de sens, se découvrir des similitudes avec d’autres femmes provenant d’autres cultures et se découvrir différentes de l’image qu’elles connaissaient d’elle-mêmes.

Questionner

Le questionnement se veut puissant car il doit toucher au coeur de la femme renouvelée. Le/la coach doit constamment s’assurer de la fluidité de l’échange. Il/elle doit poser des questions claires, il/elle reformule son propos, si besoin est, afin de s’assurer de la bonne compréhension de la question et de la réponse reçue dans ce contexte multiculturel à fortiori lorsque le/la coach et la cliente s’expriment tous deux dans une langue qui n’est pas leur langue maternelle. 

 

La compréhension d’une culture étrangère et la communication multiculturelle facilitent l’intégration professionnelle à l’étranger tout en interpellant la femme coachée. Cet accompagnement constitue la porte d’entrée, la face visible de l’iceberg, la vague déferlante qui éclabousse les idées reçues et pose les bases de l’adaptation à autrui dans un cadre professionnel étranger.

 

La création nourrit une relation de femme à femme.

 

Au sein de la relation de coaching, la jeune femme peut revisiter ce qu’elle considérait déjà comme naturellement acquis, telles ses valeurs, ses croyances, la perception de ses rôles au sein de la société, son ouverture au changement. 

 

L’inventivité, la coordination, la curiosité, la sociabilité, la création de liens, le discernement, la mise en place d’un nouveau lieu de vie / espace professionnel constituent autant de ressources à puiser en soi et d’énergies à capter autour de soi que de capacities à développer qui amènent ces jeunes femmes à se renouveler et à se réinventer hors de leur contexte habituel. 

Appeler à une prise de conscience

Ces éléments appellent une belle prise de conscience que le/la coach peut faciliter. 

En cela, l’accompagnement des jeunes femmes à l’international peut constituer, si tel est le chemin que la femme coachée choisit, un puissant levier de développement personnel et professionnel à haute valeur ajoutée pour toutes les parties concernées.

Mesurer l'impact du changement

Le résultat obtenu par la femme coachée sera à la mesure du chemin qu'elle aura parcouru en termes d'apprentissage culture, de prise de conscience par rapport à elle-même et à sa relation à autrui. Les indicateurs avec lesquels la femme cachée pourra mesurer l'impact de son accompagnement se manifesteront par exemple sous la forme d'une interaction avec son entourage étranger plus adaptée dans les échanges d'informations lors de négociations, en réunions, ou avec la hiérarchie localement. 

 

Les contacts et les apprentissages hors des sentiers battus que la femme coachée aura pu développer dans le cadre de ses missions à l’étranger lui permettront, si elle s’en donne les moyens, de libérer son potentiel créateur et de l’utiliser comme source d’inspiration pour se découvrir et pouvoir ensuite impacter son entourage.

Écrire commentaire

Commentaires: 0